Le prix de la bataille d'Eylau.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le prix de la bataille d'Eylau.

Message par La Flamme le Dim 18 Fév 2007 - 11:51

Le prix de la bataille d’Eylau

« …Selon nos calculs 195 officiers et 2 007 hommes
et sous-officiers, au total 2 202 combattants, ont péri les 7 et 8
février, soit un ordre de grandeur comparable à celui qu’annonce le 58e
bulletin de la Grenade Armée.


Mais il faut ajouter les blessés qui sont décédés au cours
des jours suivants.

On arrive pour les deux journées de la bataille à un total
de 2 711 morts, formellement identifiés et répertoriés, soit :

271 officiers, dont 195 tués et 77 morts des suites de leurs
blessures ;

2 439 sous-officiers et hommes du rang, dont 2 007
tués et 432 morts de leurs blessures.

Au 2 711 morts formellement identifiés, il convient
cependant d’ajouter de nombreux cas « incertains » concernant au
total 3 officiers et 1 743 hommes :

- 44 rayés des contrôles de leurs régiments et « présumés
morts » ;

- 1 260 rayés des contrôles pour « longue absence
sans nouvelle » après hospitalisation à la suite de blessures reçues à
Eylau.

- 439 morts en Pologne dans les hôpitaux de la Grande Armée.


Huit généraux et sept colonels ont été tués ou mortellement
blessés à Eylau :

Deux généraux de division .

d’Hautpoul, commandant la 2e division de grosse
cavalerie.
Desjardin, commandant
la 1ere division d’infanterie du 7e corps


Six généraux de brigade :

Binot, commandant la 2e brigade de la division
Desjardin.
Bonnet d’Honnières commandant la 1re brigade de
la division Morand (3e corps).
Corbineau, aide de camp de l’Empereur tué par un boulet.
Dahlmann, commandant le régiment de Chasseurs à cheval de la Garde Impériale.
Lochet, commandant une brigade de la division Morand.
Varé, commandant la 2e brigade de la division
Saint-Hilaire (4e corps).


Cinq colonels et deux adjudants-commandants :

Bourbier, colonel 11e régiment de Dragons.
Faure, 61e d’infanterie.
Lacuée, 63e d’infanterie.
Lemarois, 43e d’infanterie.
Silbermann, 55e d’infanterie.
Mac Sheehy, chef d’état-major de la division Desjardin (7e
corps).
Michel, chef d’état-major de la division Leval (4e
corps).

Les départements les plus touchés par les pertes de la
bataille sont : la
Haute-Saône (116 morts dont 10 officiers) et la Haute-Marne (106
morts, tous de la troupe).

Il faut souligner la contribution de la Garde Impériale, qui donna
beaucoup plus qu’à l’accoutumée : 185 morts. Ce seul fait suffit à
démontrer le péril où l’ont se trouva, et contribue à expliquer pourquoi
Napoléon fut si ébranlé au soir de cette « victoire » douloureuse ».


Sources : La revue Napoléon n°29. Entretien avec Bernard Quintin (propos recueillis par michel Kerautret).
avatar
La Flamme
Fourrier

Masculin
Nombre de messages : 1085
Age : 53
Date d'inscription : 16/02/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum