paquetage fuzgreu 1809

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

paquetage fuzgreu 1809

Message par Fricoteur le Jeu 4 Mar 2010 - 11:01

Lettre du fusilier-grenadier Faiseau-Sauloy, 3ème compagnie, 2ème bataillon, du camp de Ljindolphe, près de Vienne, le 8 août 1809 :

" On est obligé d'avoir dans son sac trois chemises, trois paires de souliers, trois paires de guêtres, l'une noire et les autres grises, deux pantalon de toile et tout notre uniforme, deux cravates noires et quatre blanches. Souvent l'on passe la revue des sacs..."

Visiblement, cette période est un temps d'abondance en termes d'habillement ! Mais nous connaissons ainsi la norme réglementaire dans le régiment.

On peut être surpris par certaines choses :
- trois paires de chaussures plus une aux pieds, cela fait quatre !
- idem, quatre chemises : la Garde doit rester impeccable en toutes circonstances
- profusion de cravates
- on ne parle pas de la culotte, ni des guêtres blanches : j'en déduis que c'est la tenue de service de Monsieur Faiseau-Sauloy
- l'"uniforme" est sans doute l'habit-veste : j'en déduis qu'ordinairement on porte le surtout et le gilet dans le camp.
- Pas un mot du sarrau et des sabots : restés au dépôt avec la vie de caserne ?
- deux pantalons de toile : blancs, marrons ?

avatar
Fricoteur
Fusilier-Grenadier

Masculin
Nombre de messages : 530
Age : 53
Date d'inscription : 29/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: paquetage fuzgreu 1809

Message par Grenadier SCHNAPS le Jeu 4 Mar 2010 - 11:33

Bonne et utile archive Fricoteur !
Notez mes bons compagnons que pour la campagne d'Allemagne de 1809, au départ la Garde au complet se trouvait à Madrid en Février-Mars 1809, elle dût marcher d'Espagne jusqu'en Autriche, (ou être transportée sur chariots ce qui était pire !).
Elle ne rejoint l'Armée qu'à la mi-Mai avec un quart de l'artillerie la moitié de la cavalerie... Pour info la menace autrichienne en Allemagne se fait sentir dès Mars 1809, et après la bataille de Znaïm ce n'est qu'un armistice qui est signé, le traité de paix sera définitivement signé qu'en Octobre 1809.
Ces faits peuvent expliquer le recomplètement des effets en Août "au cas où".

Sinon très bonne analyse, et encore il manque l'indication des paquets de cartouches, des accessoires pratiques (pour fusil, pour couture...) et plus surprenant l'absence de mention de la capote, pourtant bien utile dans l'automne viennois.

Salut& Fraternité
http://img309.images
avatar
Grenadier SCHNAPS
BOULET D'OR
BOULET D'OR

Masculin
Nombre de messages : 1204
Age : 55
Date d'inscription : 23/02/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: paquetage fuzgreu 1809

Message par Fricoteur le Mer 31 Mar 2010 - 20:05

Pour faire le lien entre ce paquetage surabondant et le règlement :

Mémorial Bardin édition 1813 :

Règlement du service en campagne du 5 avril 1792, modifié conformément à ce qui a été prescrit par ordre du jour du 11 octobre 1809 :
"- (les colonels) feront des revues du linge et des effets du soldat, et les réduiront exactement à une redingotte (capotte), trois chemises, un col noir, trois cols blancs, deux paires de bas de fil ou de coton, une paire de bas de laine, deux paires de souliers, une paire de guêtres de toile grise, une paire de guêtres d'estamette noire, un sac de peau, deux cocardes, dont une au chapeau (schako), et des menus objets nécessaires à la tenue. Chaque soldat aura de plus un sac de toile qui lui servira pour les distributions et dans lequel il s'enveloppera pour coucher : ce sac se roulera, après avoir été bien serré, entre le corps du havresac et la patte supérieure qui le ferme."

On voit que les quantités sont un peu plus "normales". Il semble que l'on cumule les effets de linge portés et ceux dans le sac. Mais on ne parle ni de l'uniforme (habit veste) ni des guêtres blanches. Sarrau, bonnet de police sont eux aussi oubliés, alors que plus loin on précise dans le service en campagne que sarrau+bonnet est la tenue pour les soldats envoyés aux distributions.

NB : le sac à distribution est loin de la musette ou du petit sac à pain : c'est au moins un sac de jute de la taille du sac de noix ou du sac de meunier.

Rappel : deux couvertures par tente ancien modèle (8 hommes), et Bardin précise que les tentes ne sont plus en usage. Le dernier camp de tentes qu'il ait vu était celui de Meudon en 1806 (il écrit en 1813). Donc il faut garder à l'esprit que nos bivouacs ne sont qu'un reflet des nécessités modernes de la reconstitution, et ne correspondent pas à la réalité : nous sommes supposés dans le meilleur des cas bricoler des abrivents, et pour le grand luxe, des baraques.
avatar
Fricoteur
Fusilier-Grenadier

Masculin
Nombre de messages : 530
Age : 53
Date d'inscription : 29/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: paquetage fuzgreu 1809

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum