ULM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

ULM

Message par Alex Le Prestre le Jeu 21 Juil 2005 - 11:39

vu de l'armée Autrichienne


Ordre de bataille de l'armée autrichienne en 1805 à Ulm.
--------------------------------------------------------------------------------

Ordre de bataille de l'armée impériale et royale en Allemagne le 8 octobre 1805 (Autriche)
Commandant en chef : Archiduc Ferdinand
Commandant en second : Mack

Corps du Feld -maréchal-Lieutenant Wernek :

Feld-maréchal-Lieutenant Auffenberg :

Général-majors Vogel :
4e Reg de Chevau-légers de Latour 8 escadrons
55e IR Reuss-Greitz 3 bataillons

Général-majors Zinzendorff :
25e IR Sporck 4 bataillon
55e IR Reuss-Greitz 1 bataillon de grenadiers
25e IR Spork 1 bataillon de grenadiers
20e IR Kaunitz 1 bataillon de grenadiers
62e IR Jellachich 1 bataillon de grenadiers

Feld-maréchal-lieutenant Kerpen :

Général-major O'Donnell :
20e IR Kaunitz 4 bataillons
62e IR Jellachich 3 bataillons

Général-major Hohenfeld :
18e IR Stuart 1 bataillon de grenadiers
42e IR Erbach 1 bataillon de grenadiers
57e IR Joseph-Colloredo 1 bataillon de grenadiers
8e IR Archiduc Louis-Joseph 1 bataillon de grenadiers

Feld-maréchal-lieutenant Hohenzollern :

Général-major Mayer :
24e IR Auersperg 1 bataillon de grenadiers
3e IR Archiduc Charles 1 bataillon de grenadiers
54e IR Froon 1 bataillon de grenadiers
17e IR Reuss-Plauen 1 bataillon de grenadiers

Général-major Auersperg :
3e Reg de Cuirassiers Duc Albert 8 escadrons

Total : 26 bataillons et 16 escadrons



Détachement du général-major d'Aspre :

2e Reg Uhlans Schwarzenberg 2 escadrons
6e Reg Chevau-légers Rosenberg 2 escadrons
8e Reg de Cuirassiers Hohenzollern 2 escadrons
3e Reg de dragons Wurtemberg 3 bataillons
64e IR (Chasseurs tyroliens) Chasteler 2 compagnies

Total : 3 bataillons 1/3 et 6 escadrons



Corps du Feld-Maréchal-Lieutenant Schwarzenberg :

Feld-Maréchal-Lieutenant Klénau :

Général-major Liechtenstein:
2r Reg Uhlans Schwarzenberg 6 escadrons
5e Reg de Chevau-légers Klenau 6 escadrons
64e IR (Chasseurs tyroliens) Chasteler 4 compagnies

Général-major Fresnel :
28e IR Frölich 1 bataillon de grenadiers
11e IR Rainier 1 bataillon de grenadiers
36e IR Kolowrath 1 bataillon de grenadiers
12e IR Manfredini 1 bataillon de grenadiers
6e Reg de Cuirassiers Mack 8 escadrons

Feld-maréchal-lieutenant Gottesheim :

Général-major Sticker :
28e IR Frölich 4 bataillons
11e IR Archiduc Rainier 4 bataillons

Général-major Weidenfeld :
36e IR Kolowrath 4 bataillons
12e IR Manfredini 4 bataillons

Général-major Speth :
2e Reg de Dragons Hohenlohe 6 escadrons

Total : 20 2/3 bataillons et 26 escadrons



Corps du Feld-Maréchal-Lieutenant Comte Riesch :

Feld-maréchal-Lieutenant Gyulay :

Général-major Ulm :
15e IR Charles-Riese 4 bataillons
35e IR Archiduc Maximilien 4 bataillons

Général-major Weber :
18e IR Stuart, Infnaterie 3 bataillons
17e IR Reuss-Plauen 3 bataillons

Général-major Ghenedegg :
42e IR Erbach 3 bataillons

Général-major Mecsèry
6e Reg de Hussards Blankenstein 6 escadrons
12e Reg de Hussards Palatints 8 escadrons

Feld-maréchal-Lieutenant Loudon :

Général-major Siccofanti :
8e IR Archiduc Louis 3 bataillons
54e IR Froon 4 bataillons

Général-major Auersperg :
3eIR Archiduc Charles 4 bataillons
24e IR Auersperg 4 bataillons

Feld-maréchal-Lieutenant Hesse-Hombourg :

Général-major Hermann :
8e Reg de Cuirassiers Hohenzollern 6 escadrons
2eReg de Cuirassiers Archiduc François 8 escadrons

Général-major Auer :
9e Reg de Cuirassiers Nassau 6 escadrons

Total : 38 bataillons 28 escadrons




Corps du Feld-Maréchal-Lieutenant Jellachich :

Général-major Rohan :
1er IR Empereur, infanterie 4 bataillons
58e IR Beaulieu 5 bataillons

Général-major Richter :
50eIR Stain 4 bataillons
41e IR Hildburghausen 4 bataillons

Général-major Wolfskeel :
1er IR Empereur 1 bataillon de grenadiers
58e IR Beaulieu 1 bataillon de grenadiers
50e IR Stain 1 bataillon de grenadiers
41e IR Hildburghausen 1 bataillon de grenadiers
6e Reg de Chevau-légers Rosenberg 8 escadrons

Total : 21 bataillons et 8 escadrons



Corps du Feld-Maréchal-Lieutenant Kienmayer :

Général-major Caramelli :
7e Reg de Cuirassiers Lorraine 8 escadrons
4e Reg de Cuirassiers Archiduc Ferdinand 8 escadrons

Général-major ? :
4e IR Deutschmeister 5 bataillons
60e IR Gyulay 5 bataillons

Général-major Thelen :
57e IR Joseph Colloredo 3 bataillons
38e IR Wurtemberg 1 bataillon de grenadiers
15e IR Charles-Riese 1 bataillon de grenadiers

Général-major Nostitz :
7e Reg de Hussards Liechtenstein 8 escadrons
1er Reg de Uhlans Meerveweldt 8 escadrons

Général-major Hager :
21e IR Gemmingen 1 bataillon de grenadiers
2e Reg de Dragons Hohenlohe 2 escadrons

total : 16 bataillons et 34 escadrons



Détachements :

35e IR Maximilien 1 bataillon (à Munich)
5e Reg de Cuirassiers Nassau 2 escadrons

Total : 1 bataillon 2 escadrons

7e Reg de Grenzer Brooder 3 bataillons
9e Reg de Grenzer Peterwardein 3 bataillons
10e Reg de Grenzer Banat Allemand 2 bataillons
16e Reg de Grenzer 1er Valaque 2 bataillons
17e Reg de Grenzer 2èmè Valaque 2 bataillons

Total : 12 bataillons

Récapitulation :

Wernek 26 bat 16 esc
D'Aspre 3 1/3 bat 6 esc
Schwarzenberg 20 2/3 bat 26 esc
Riesch 38 bat 28 esc
Kienmayer 16 bat 34 esc
Jellachich 21 bat 8 esc

Total général : 125 bat 118 esc


"D'après cet aperçu, l'armée autrichienne, en Allemagne, est composée de 25 régiments d'infanterie et de 15 régiments de cavalerie.
Les régiments d'infanterie ne sont pas de force égale, et aucun n'est au complet ; il y en a qui d'après la nouvelle organisation, sont déjà formés sur 5 bataillons, mais la majeure partie n'est que de 4 bataillons; quelques-uns ne sont même que de 3 ; ce qui fait qu'on ne peut guère évaluer l'effectif de chaque régiment , l'un dans l'autre, à plus de 2 800. En suivant ce calcul, l'infanterie se monterait à 70 000 hommes.
Les régiments de cavalerie ne sont également pas au complet. On ne peut guère estimer à plus de 700 hommes les régiments de cuirassiers, à plus de 800 hommes ceux de dragons, et à plus de 1 000 ceux de hussards et de uhlans. Ce qui donnerait pour la cavalerie 12 400 hommes.
On ne connait pas le nombre des compagnies de cannoniers, bombardiers, sapeurs, pionniers, etc. qui sont à l'armée. On suppose que l'artillerie et le génie peuvent aller à 4 000 hommes.

Ce qui donnerait le total suivant pour toute l'armée :
Infanterie 70 000 hommes
Cavalerie 12 500 hommes
Artillerie et génie 4 000 hommes
Total 86 500 hommes.

L'armée autrichienne en Souabe peut être renforcée à la volontée par 15 000 hommes du Tyrol, suivant que les circonstances l'exigeront. Les 8 régiments de ligne qui sont dans le Tyrol peuvent se porter pour moitié en Italie et moitié en Allemagne ; le corps des chasseurs tyroliens est également disponible. Ces troupes ne sont pas nécessaires à la défense d'un pays dont tous les passages sont fortifiés, dont tous les habitants sont inscrits sur les registres de la milice, composée de 3 corps d'élite, qu'on évalue de 30 à 40 000 hommes, indépendament desquels il existe déjà 4 régiments de miliciens, formés depuis près de deux mois sur le pied de l'infanterie de ligne, chacun de 6 compagnies.
On assure qu'on forme dans ce moment, à Pilsen en Bohême, une armée de réserve destinée à renforcer l'armée d'Allemagne, en cas de besoin. Cette armée sera composée de bataillons et d'escadrons de réserve."



Notes :

Les régiments de grenzer sont arrivés à l'armée avec les troupes de renfort. L'état de situation ne précise pas à quel corps et dans quelles brigades ils furent affectés. Toutefois il est possible de déduire de l'état des prisonniers capturés que les régiments Brooder et Peterwardein ont combattu avec le corps de Wernek à Wertingen. En suivant un raisonnement similaire il est possible que les hommes des deux régiments Vallaques pris à Mariazell avec des soldats du corps de Kienmayer aient appartenus à ce même corps. Très peu d'hommes du dernier régiment, Banat Allemand, étant présents dans les états des prisonniers il est plus difficile de les rattacher à un corps précis, je pense pour ma part qu'ils ont combattu dans le corps de Jellachich mais, plus encore que pour les régiments précédents, il ne s'agit que d'une hypothèse.
Les régiments Czartorisky (9e IR) et Mittrovsky (40e IR), faisaient également partie de l'armée d'Allemagne. Laissés en garnison à Memmingen, ils y furent capturés ( apparament en entier) ainsi qu'un détachement (sans doute fort d'un bataillon) du régiment d'Auersperg.
L'artillerie autrichienne était encore principalement composée de pièces régimentaires auxqu'elles s'ajoutaient des batteries d'artilleries proprement dites . L'état des prisonniers capturés à Ulm indique que les cannoniers appartenaient aux 1er et 3ème régiments d'artillerie
.
avatar
Alex Le Prestre
Fusilier-Grenadier

Masculin
Nombre de messages : 70
Age : 31
Date d'inscription : 01/07/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: ULM

Message par Alex Le Prestre le Mer 27 Juil 2005 - 15:02






Description des opérations

L'expédition contre l'Angleterre est une nouvelle fois ajournée. La guerre reprend contre l'Autriche, grande puissance continentale et alliée des Anglais. Le 23 août 1805, Napoléon lève le camp de Boulogne et la Grande Armée traverse la France pour prendre de vitesse les armées ennemies et empêcher la jonction des troupes autrichiennes et russes. Napoléon arrive à Strasbourg le 26 septembre. La Grande Armée se rassemble sur le Rhin. L'empereur inspecte les fortifications et quitte Starsbourg le 1er octobre pour l'Allemagne.

Napoléon a choisi de marcher sur Vienne. La Grande Armée contourne la Forêt-Noire par le nord alors que le général autrichien Mack l'attend aux alentours d'Ulm. Napoléon parvient à encercler Mack et ses hommes dans la place. Mack refuse de capituler le 15 octobre, car il espère être secouru par l'armée russe. Finalement, il promet de se rendre cinq jours plus tard.

Pendant ses tractations avec Mack, Napoléon envoie le général Bertrand vérifier les effectifs et le matériel militaire qui se trouvent dans Ulm. Après son inspection, le général Bertrand revient en rendre compte et avance le chiffre impressionnant de vingt et un mille hommes. L'empereur ne peut le croire. Il appelle Rapp qui parle Allemand et l'envoie chez le général Mack. Rapp, après avoir questionné les chefs de corps, les généraux, les soldats, estime la garnison autrichienne à vingt-six mille combattants.

Le 28 octobre, l'armée autrichienne sort de la place. Plus de vingt-cinq mille hommes, dirigés par dix-neuf généraux, défilent devant l'empereur. L'infanterie jette ses armes dans le fossé, la cavalerie met pied à terre, elle se désarme et livre les chevaux aux Français. En se dépouillant de leurs armes, les Autrichiens crient "Vive l'empereur!".


Particularités

Cette opération reste l’un des meilleurs exemples de mouvement tournant dans l’histoire. Ce n’est pas vraiment une bataille dans le sens où les combats se limitent à quelques affrontements mineurs, la victoire étant déjà acquise et incontestable comme l’atteste la prise d’un aussi grand nombre d’étendards (40) et la proportion de prisonniers (26 000).

La victoire est obtenue grâce à la mobilité de l’infanterie française. Ainsi la division Friant parcours 640 km en 29 jours
.
avatar
Alex Le Prestre
Fusilier-Grenadier

Masculin
Nombre de messages : 70
Age : 31
Date d'inscription : 01/07/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum