Tenues des officiers d'état-major 1812

Aller en bas

Tenues des officiers d'état-major 1812

Message par La Flamme le Dim 13 Mar 2005 - 14:59

En 1812, le bicorne fut abandonné tant par les armées françaises que par les armées britanniques ; cependant, il fut conservé par les généraux, les officiers d'état-major, les services non combattants (chirurgiens et médecins). Coiffure peu commode à cheval, le bicorne présentait des avantages pour l'officier d'état-major, souvent appelé à travailler à l'intérieur. Cette coiffure se glissait sous le bras, ce qu'il eût été difficile de faire avec un shako ou un bonnet à poil.

Rappelons que dans l'armée française les expressions "chapeau en bataille" et " chapeau en colonne" correspondaient au port du bicorne pointe en avant, ou pointes disposées latéralement. Simplifié dès 1812, l'uniforme de l'officier d'état-major était trés sobre à l'époque de Waterloo. Les officiers arboraient des épaulettes en or et des passements d'or au col, aux manches et aux boutonnières.

Les officiers subalternes n'avaient qu'une seule épaulette d'or.

La modification de l'uniforme d'aide de camp avait longuement tardé. Depuis 1812, ces officiers portaient des uniformes répondants aux souhaits du général qu'ils servaient. En l'occurence, certains généraux s'étaient montrés trés fantaisistes ; ainsi, le maréchal Murat, du temps où il était grand-duc de Berg et de Clèves, parait ses aides de camps d'un uniforme où le blanc et l'or se mariaient au rouge amarante.

Les nouveaux règlements prescrivaient que l'aide de camp devait porter l'uniforme de l'officier d'état-major avec une seule épaulette et des parements chamois au col et aux manches. Un brassard et le plumet du bicorne permettaient de reconnaître le rang du général auprès duquel l'aide de camp était rattaché. Le brassard constituait une réplique en miniature de l'écharpe brodée d'or du général ; le fond du brassard et le plumet étaient aux couleurs prescrites pour l'officier général, à l'exception de l'aide de camp du général de division qui avait droit à un plumet rouge sur bleu. Si l'aide de camp était appelé à monter à cheval, il portait des bottes de hussards, de préférences à la botte à revers adoptée par les reste de l'état-major.


avatar
La Flamme
Fourrier

Masculin
Nombre de messages : 1085
Age : 54
Date d'inscription : 16/02/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum